Stéphane Dion dresse le bilan de ses 15 ans de vie politique

Sylvain
Sylvain Sarrazin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le député de Saint-Laurent – Cartierville et ancien chef libéral a accepté de faire un sommaire de ses actions, après 15 années politiques semées d’ascensions et d’embûches. Il livre également sa vision pour la décennie à venir.

Stéphane Dion nous livre son bilan sur ses 15 années d’action politique, tant à l’échelle du pays ou de la circonscription de Saint-Laurent – Cartierville. (Photo: Alarie Photos)

Q:Quelles sont les réalisations politiques dont vous êtes le plus fier après ces 15 ans de vie politique?

R:Au niveau fédéral, la clarification des règles de sécession me semble être une réalisation très importante, et ce, pour tout le monde, quelle que soit l’opinion de chacun sur le sujet. Je citerais aussi nos efforts pour aider à protéger le protocole de Kyoto; il est bien dommage que le gouvernement l’ait mis aux orties.

Au niveau de la circonscription Saint-Laurent – Cartierville, la réalisation du Complexe aquatique sportif et communautaire [NDLR: CASC, devenu depuis le centre Y de Cartierville] fut une grande réussite, d’autant plus que nous avons aussi fait le complexe sportif de Saint-Laurent. Les deux étaient nécessaires.

Q:Quelle est la chose dont vous êtes le moins fier dans votre parcours?

R:De ne pas avoir réussi à convaincre les Canadiens que le tournant vert devait se faire aux élections de 2008. J’aurais aimé qu’ils y adhèrent.

Concernant la circonscription de Saint-Laurent – Cartierville, je n’ai pas vraiment le souvenir d’une journée de grande déception…

Q:Après avoir occupé de hautes responsabilités en matière d’environnement, et en tant que spécialiste de la question, comment jugez-vous les progrès faits par le Canada depuis 15 ans? R:Il y a eu des efforts, des initiatives… mais ils ne sont malheureusement pas à la hauteur des enjeux. Malgré tout ce qui est mis en place, la viabilité de la planète recule, la valeur nutritive des océans également; il y a de quoi être très inquiet. Il faut redoubler d’efforts et, pour cela, il nous faut un gouvernement proactif. Pas un gouvernement qui se contente de faire le minimum, de repousser le problème ou de faire semblant de s’y intéresser.

Q:Le député libéral Justin Trudeau a lâché une bombe médiatique récemment en déclarant qu’il préférerait soutenir la séparation du Québec si jamais le premier ministre Harper parvenait à changer structurellement le pays selon sa propre vision. Comment jugez-vous ces propos et épousez-vous cette position?

R:Je suis certain que M. Trudeau sera d’accord avec moi si je dis qu’il est «très contre» le gouvernement actuel et «très pour» le Canada.

Q:Où vous voyez-vous dans 15 ans?

R:Je n’en sais rien! Je peux simplement vous dire que nous avons fait des choses très importantes au fil de ces 15 dernières années. Nous accueillons des gens qui arrivent de partout et qui s’intègrent mieux qu’ailleurs. Des entreprises qui s’en sortent mieux qu’ailleurs. On voit beaucoup de solidarité, et nous nous efforçons de mettre en relation ceux qui en peuvent plus et ceux qui n’en peuvent plus. Certes tout n’est pas parfait, mais Saint-Laurent – Cartierville reste un modèle à protéger. Mais il nous faut un gouvernement fédéral qui nous aide. Ce n’est pas le cas actuellement: de graves erreurs sont commises à Ottawa, avec des compressions budgétaires aveugles et des lois inappropriées sur la délinquance juvénile.

Pour ce qui est des années à venir, j’espère aider l’équipe libérale à se relever – nous ne sommes plus que 35 députés à la Chambre – pour qu’aux prochaines élections, les Canadiens aient envie de se redonner un gouvernement libéral.

Organisations: Chambre

Lieux géographiques: Saint-Laurent, Cartierville, Kyoto Canada Québec Ottawa

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires