Présentation de Pierre Wilson

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

par Pierre Wilson

Alain de Choinière et Marie-Josée Chouinard, respectivement éditeur et directrice de l’information des Nouvelles Saint-Laurent m’ont proposé d’écrire une chronique mensuelle. Avant d’accepter je me suis demandé si je méritais cet honneur, et puis je me suis dit pourquoi pas. J’ai peut-être, en y pensant bien, des choses à dire.

Pierre Wilson

 

Alors, voici ma première chronique qui se veut en fait une introduction, la mienne… et celle du marteau.

Je suis né à Montréal en 1951 – je vous donne cette information pour que vous situiez précisément le contexte de mon éducation – et j’ai été élevé comme un bon petit canadien français, dans le respect des autorités et la crainte de Dieu. Comme mon nom de famille l’indique, j’ai un ancêtre écossais. Il était venu, portant kilt, faire la guerre aux Américains en 1775. À la démobilisation, il s’installe ici et épouse (faute de Lassie) une Canadienne et produit toute une lignée de Wilson francophones car, à cette époque, les Canadiennes sont françaises.

Dans les années 1960, en plein cœur de la Révolution tranquille, j’étais donc un jeune adolescent, exalté et plus ou moins engagé, surtout absorbé par la remise en question de l’autorité sous toutes ses formes (parentale, religieuse, gouvernementale, économique), et épris d’indépendance spirituelle. À mes yeux, les changements les plus significatifs de cette époque se sont produits dans nos têtes plus que dans nos systèmes. Ainsi, nous n’avons pas renversé l’Église, nous l’avons massivement quittée. Nous n’avons pas fait de coup d’état, nous avons voté pour ceux qui incarnaient nos nouvelles valeurs. Nous n’avons pas renversé le capitalisme, nous avons intégré le marché.

Wow, presque 300 mots et je dois m’arrêter. Alors disons simplement que le directeur du Musée des maîtres et artisans du Québec que je suis aujourd’hui, est aussi cet adolescent fébrile et un peu «sauté»– d’où le marteau du titre de la chronique.

Marteau : outil possédant une tête qui, avec acharnement, veut modeler le monde.

Organisations: Église, Musée des maîtres

Lieux géographiques: Montréal, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires